ECOLO

Page extraite du site web ECOLO - Groupe local de Perwez, section Accueil. Version imprimable. Cliquer ici pour retourner au site.


Discours d'investiture de Christian Durie au Conseil Communal du 04 Décembre 2006

Monsieur le bourgmestre,
Mesdames et messieurs les échevins et conseillers
Madame la présidente du CPAS
Monsieur le secrétaire communal,
Perwéziens, Perwéziennes,


Je voudrais d’abord remercier les multiples personnes qui, le 8 octobre, ont fait confiance à ECOLO ; me permettant aussi par la même occasion d’être ce soir, ici, parmi vous.

Il y 6 ans, ECOLO se présentait ici afin de participer, dans la majorité, à la gestion de la commune.
Cette participation fut couronnée de succès dans la réalisation de différents projets grâce au travail acharné et passionné de notre échevine Brigitte Marchal.

Car quoi qu’en dise le partenaire qu’il avait choisi, il est bon de rappeler que c’est ECOLO qui fut à l’initiative d’un projet qui mit la renommée et la popularité de la commune dans le vent : il s’agit bien sûr ici de l’organisation de l’implantation d’un parc de 8 nouvelles éoliennes.

Ceci est d’autant plus remarquable que ces projets furent soutenus et réalisés sur une période écourtée à 5 ans, conséquence d’une sanction dite disciplinaire d’un partenaire pris dans une tourmente budgétaire, qui n’est d’ailleurs pas encore terminée.

Concernant le bilan du CPAS, celui-ci est tout aussi remarquable.
Son président, Jacques Renson, parvint à rétablir une saine gestion de cette institution et mis sur pied l’extension du home d’Orbais.
Il est à souligner que ceci fut réalisé en parfaite harmonie avec notre partenaire de la majorité mais aussi avec ceux de la minorité, PS et MR.

En cela, il eut plus de chance que notre première échevine ; mais sans doute préfère-t-on dans la nouvelle majorité des personnalités plus conciliantes surtout si, même empêché, on ne peut s’empêcher de jouer au théâtre de Guignol…

Ah, si notre échevine avait pu s’appeler Ségolène ou être championne de la « petite reine »…

Mais bon, dans une commune où l’on aime tant boire le champagne et faire la fête sur le compte de sponsors, il est aussi agréable de voir que nos idées dites écologistes sont devenues contagieuses.
Ainsi, il est intéressant de noter qu’une certaine part des projets du programme d’ECOLO fut reprise dans le programme électoral de la nouvelle majorité.
Etait-ce là le fruit du hasard ou de la nécessité?

Soit, connaissant les méthodes de travail de cette majorité pour l’avoir fréquentée d’assez près, il nous sera plus facile d’être attentif à la réalisation des promesses faites aux Perwéziens.

Aussi, nous serons vigilants lors de cette législature à ce que les valeurs écologistes soient développées et inscrites durablement dans la politique de gestion de Perwez car il y a urgence.
Comment, en effet, par simple observation, ne pas se rendre compte des perturbations environnementales que nous infligeons à notre planète ?
Comment, par simple déduction, ne pas comprendre que dans notre vie de tous les jours, dans nos actes journaliers, notre responsabilité est engagée ?
Comment, par simple réflexion, ne pas imaginer que nous devons intervenir contre les différents processus de dégradation des équilibres naturels ?
L’écologie nous offre l’occasion trop rare de faire cause commune face à un problème que nous pourrions croire insoluble.
Pourtant, ces solutions existent; elles reposent sur un ensemble d’actes responsables basés, il est vrai, sur certaines exigences quotidiennes.

Mais il faut aussi, et j’insiste sur ce point, qu’elles soient relayées par les « décideurs » comme on dit...les politiques,… vous…, nous…
En effet, si aucune action individuelle n’est soutenue de façon forte et rationnelle par le « Pouvoir », sa source risque de se tarir…

C’est ici que le rôle moteur d’une gestion communale intelligente prend tout son sens et que l’exemple donné par l’autorité communale revêt toute son importance.

L’urgence d’une solution n’est pas seulement pour le milieu, la planète, les générations futures, mais aussi aujourd’hui, pour nos concitoyens et notamment les moins nantis qui peinent un peu plus chaque mois à joindre les deux bouts quand, par exemple, ils reçoivent leur facture de gaz, de mazout ou d’électricité.
Ainsi, il faut les aider à maîtriser leurs coûts énergétiques, par exemple en élargissant l’offre des incitants pour les techniques d’économie d’énergie, en optimalisant leurs modes de déplacements en les couplant à la mobilité douce.
Car finalement, quel que soit le niveau social, ce qui est bon pour l’écologie, l’est aussi pour le portefeuille.

A propos de portefeuille, les finances de la commune et du CPAS, seront aussi une de nos préoccupations.

Nous serons vigilants quant à une utilisation responsable des deniers publics, les subsides étant un moyen et pas une fin.
Il n’est plus l’heure de faire de la gestion communale au coup par coup ou de faire la chasse aux subsides pour des projets à court terme !
Toute dépense doit être inscrite dans une optique de développement durable pour les générations futures qui elles, et pour cause, ne sont pas invitées aux fastes des inaugurations fort à la mode ces derniers temps.
Etre dans la minorité, et j’insiste bien minorité en sièges, ne signifie pas être absent de l’initiative. Nous ne manquerons pas de proposer à la majorité des idées porteuses d’avenir.

La présence d’ECOLO au sein des différentes représentations du pouvoir politique communal se fera dans un esprit positif et constructif ; mais notre rôle sera aussi d’assurer une minorité forte, en concertation permanente avec le PS et le MR, afin d’exercer un contrôle démocratique face au pouvoir détenu par un seul groupe politique et d’éviter ainsi certaines dérives dont la presse ne cesse d’en faire les échos ces derniers mois.
Je terminerai par cette réflexion : la mode est à l’écologie, c’est vrai.
Comme on dit en marketing, il s’agit là d’un thème porteur. Aujourd’hui, tout est vert : les yaourts, les fromages, les pneus, l’essence, l’électricité, les olives et même les piments …
Mais ne nous laissons pas berner par les dernières récupérations politiques que l’on a pu voir fleurir ces derniers temps : ce n’est pas parce que l’on assiste à une projection du film d’Al Gore et ce n’est pas parce que l’on met, à juste titre, des colliers anti-puce à certains avions, que l’on adhère à l’esprit ECOLO !

Merci pour votre écoute et bonne fin de soirée


Page imprimée le 26/09/2017 à 05:52. | © ECOLO Perwez - 2006